Lettre à mes enfants et aux enfants du monde à venir – Raoul Vaneigem

Pourtant, il faudra bien s’aviser tôt ou tard de l’ambiguïté de la culture, voire de son imposture, car elle n’est rien d’autre qu’une entreprise d’usurpation du savoir.

N’est-elle pas le fruit de l’aliénation qui fonde la séparation de l’homme avec lui-même : la transformation de la force de vie en force de travail, d’où procède la division entre travail intellectuel et manuel, laquelle accorde à la tête la maîtrise du corps et place la matière terrestre sous le joug de l’esprit ?

En ce qu’elle est un système de pensée séparée de la vie – une idéologie – la culture est, nolens volens, un instrument de domination. S’étonnera-t-on qu’elle porte en elle le germe de ce populisme qui la méprise ? »

Lettre à mes enfants et aux enfants du monde à venir – Raoul Vaneigem, éd. Cherche Midi.

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Share on LinkedIn